Chalkboard Education, une application africaine pour étudier hors connexion

En Afrique, alors que de plus en plus de personnes téléchargent des applications d’enseignement, le manque de couverture réseau et le coût de l’Internet mobile est un frein pour de nombreux utilisateurs potentiels. Une start-up a trouvé une solution : passer par la technologie des SMS pour permettre à leurs cours d’être accessibles au plus grand nombre.

En Afrique comme partout ailleurs, de Facebook en passant par Twitter, des millions d’internautes s’expriment chaque jour ou s’informent sur la Toile. Ils sont également de plus en plus nombreux à fréquenter le web pour se former ou apprendre, le plus souvent à l’aide de leurs smartphones en téléchargeant des applications d’enseignement à distance.

Cependant, ces applications de cours en ligne sur mobiles, qui passent forcément par le réseau internet, posent quelques problèmes à leurs utilisateurs. Les populations dans les zones reculées ou rurales, par manque d’infrastructures télécoms, sont exclues de facto de ces dispositifs d’apprentissage.

Et dans les centres urbains, ce n’est pas mieux. Le prix de la connexion par smartphone que proposent les opérateurs locaux rend prohibitif l’usage de ces applications pour la plupart des étudiants.

Mais la jeune entreprise française Chalkboard Education, implantée à Accra, la capitale du Ghana, a peut-être trouvé la solution. Adrien Bouillot et Miora Randriambeloma, cofondateurs de la société, ont développé une appli d’enseignement à distance qui fonctionne sur tous les types de mobiles, même les plus anciens et sans passer par le réseau internet.

« Couverture universelle »

L’astuce du dispositif consiste à utiliser la technologie basique des SMS qui ne réclament qu’une faible bande passante sur les réseaux de téléphonie sans fil d’anciennes générations, argumentent les concepteurs de l’appli, dans chacun des salons high-tech où ils présentent leur innovation.

« On utilise la technologie SMS ou la technologie USSD qui nous assure une couverture universelle et qui permet à nos étudiants de façon très concrète de suivre des cours, répondre à des exercices… Votre professeur peut suivre votre activité à tout moment et à la fin du semestre vous aurez des crédits officiels et vous obtiendrez un diplôme », explique Adrien Bouillot.

Et ça fonctionne, les étudiants qui testaient l’application depuis un an à Accra l’ont définitivement adopté, comme le témoigne cette utilisatrice ghanéenne sur le site de nos collègues de France 24.

« Ça permet de gagner du temps et de l’argent. Si vous ne pouvez pas assister à un cours de langue, vous pouvez l’écouter sur l’application en rentrant à la maison », ajoute Miora Randriambeloma.

Chalkboard a séduit également plusieurs professeurs des universités du Ghana qui ont mis à disposition leurs cours sur l’application. Et le concept fait des émules dans d’autres pays. Certains collèges en Côte d’Ivoire l’utilisent aujourd’hui. Le développement économique de la jeune société est en revanche plus compliqué à mettre en place.

L’entreprise qui compte vendre son application principalement aux universités privées du continent espère effectuer une prochaine levée de fonds auprès d’investisseurs locaux lui permettant de s’installer dans quelques mois au Burkina Faso, au Kenya et au Nigeria.

RFI

Laisser un commentaire