Facebook ose un Messenger Kids pour les enfants

Depuis ses débuts, Facebook cherche à retenir l’utilisateur dans son éco-système et ainsi augmenter le temps passé sur ses services. Pour autant, avec la concurrence acharnée d’autres applications comme Snapchat, le roi des réseaux sociaux intéresse un peu moins, notamment les ados.

Mais Mark Zuckerberg a la solution : lancer une version dédié de Messenger pour les enfants, baptisée Messenger Kids. L’objectif est simple : favoriser la rétention et habituer dès le plus jeune âge aux services Facebook. L’annonce pourra alors faire froid dans le dos surtout lorsqu’on connaît les dérives possibles des outils de messageries instantanée : harcèlement, propositions commerciales, publicités déguisées, arnaques…

La main sur le coeur, Facebook assure que sa variante est blindée et restera sous le contrôle des parents. Elle serait également dénuée de toute publicité. Messenger Kids est une application « de discussion vidéo et de messages conçue pour que les enfants puissent contacter famille et amis validés par leurs parents (qui) contrôlent entièrement la liste de contacts », explique le groupe dans un communiqué.

« Il n’y a pas de publicités, pas d’achats intégrés », précise Facebook, « nous voulons être sûrs que les usages de la technologie par nos enfants sont positifs, sûrs et adaptés à leur âge ». Facebook ajoute que l’application est conforme à la réglementation sur la protection des enfants sur Internet en vigueur aux Etats-Unis.

Ce sont en effet via le compte des parents que le compte Messenger Kids pourra être créer. Ces derniers autoriseront ou non l’ajout de contacts. Sur le papier, Facebook promet donc une maîtrise de l’outil. dans la pratique, on peut s’interroger, les moyens de détournement, par l’utilisateur ou par les annonceurs, étant évidemment toujours possibles.

Les associations de protection de l’enfance seront donc vigilantes tout comme elles l’ont été pour YouTube Kids, une initiative assez similaire. Le service était censé être très sécurisé et ne laisser passer que du contenu pour divertir nos chères petites têtes blondes.

Pourtant, il est apparu que des vidéos violentes et des publicités à caractère sexuel, entre autres, étaient disponibles. Du contenu potentiellement dangereux pour les enfants. C’est à ce titre qu’une plainte a été déposée en 2015 auprès de la Commission Fédéral du Commerce par un groupement d’associations pour la défense de l’enfance et des consommateurs.

Messenger Kids est disponible pour le moment aux Etats-Unis sur des terminaux iOS, Facebook indique que la version Android est pour bientôt.

ZDNet

Laisser un commentaire