Salon E-commerce Ouaga : porte-monnaie mobile et avenir des banques

Le samedi 02 décembre 2017, Diagla Adama, responsable des opérations Orange money et expert en monnaie électronique a tenu une communication sur « E-commerce et porte-monnaie mobile : opportunité ou danger pour les banques traditionnelles ». Cette conférence s’inscrit dans les activités du Salon E-commerce Ouaga qui a ouvert ses portes le jeudi 30 novembre 2017.

Le e-commerce est l’ensemble des activités liées au commerce qui se fait en ligne c’est-à-dire à partir d’Internet, y compris les réseaux sociaux. Le M-commerce est un dérivé du e-commerce mais ce type de commerce se fait à partir des téléphones mobiles. Les services financiers sur mobiles sont disponibles de nos jours dans la quasi-totalité des pays africains. Cette situation s’explique selon Mr Diagla, par la faible bancarisation sur le continent. Toujours selon lui, pas plus de 10% de la population dans la zone UEMOA possède un compte bancaire. En plus, les procédés bancaires sont assez compliqués et peu accessibles à tous. Alors que le mobile money est d’une grande simplicité quant à son utilisation et est accessible par toutes les couches sociales. De plus, le faible coût, la flexibilité, la commodité et la rapidité sont des avantages du porte-monnaie mobile qui le rendent encore plus attrayant. Avec ce service, on a plus besoin de faire une longue queue comme dans les banques pour entrer en possession de son argent. On peut le faire en tout lieu et presqu’en tout temps.

Le mobile money représente-t-il un danger pour les banques traditionnelles ? A cette question, l’expert en monnaie électronique répond par la négative. D’abord parce que les banques et les services financiers mobiles n’ont pas la même cible. Les premiers convoitent en premier lieu les entreprises, les professionnels… Quant au deuxième, sa cible c’est surtout les paysans et les non-instruits. Cependant, Diagla Adama, voit en cela une opportunité pour les banques et les exhortent à la saisir. Ils pourront par exemple capitaliser leurs expériences en élargissant le portefeuille clients, en étendant la cible et diversifiant les offres. Il l’illustre à travers une étude qui démontre que 5 milliards de personnes sur 7 milliards dans le monde ont un téléphone mobile alors que seulement 2 milliards possède un compte bancaire.

Il serait donc judicieux pour les banques de se prêter au « jeu » du money mobile et de profiter de son engouement. Et pourquoi ne pas aller vers les entreprises de e-commerce pour s’ouvrir à eux et s’adapter à leurs activités.

TIC MAGAZINE BF

Laisser un commentaire